La Commission Européenne autorise la 3G et 4G à bord des avions

Surfer rapidement dans le ciel en dehors du WiFi, sera bientôt une réalité si les compagnies aériennes le décident. La Commission Européenne a donné son feu vert pour l'utilisation des réseaux 3G (UMTS) et 4G (LTE) à bord des avions survolant l'Union Européenne.

Logo Commission européenne

Les fréquences et le spectre utilisés pour les technologies que l'on connait bien pour transporter les données à très haut débit, pourront être utilisés dans les avions à une altitude au-dessus de 3 000 mètres. Jusqu'à maintenant, seule la 2G (GSM) était autorisée dans l'UE à bord des avions depuis 2008. Par ailleurs, il s'agit uniquement de la bande 2100Mhz pour la 3G et 1800Mhz pour la 4G.

La technologie UMTS est actuellement déployée pour la voix, sms et mms en plus de l'internet mobile haut débit sur terre. La LTE permet des débits jusqu'à 150 mégabit/s avec un smartphone catégorie 4, uniquement dédié au surf à ce jour, la Voix ou messages passent toujours par la 2G et la 3G.

La décision de la commission donne la possibilité aux compagnies aériennes (Air France, Ryanair, Vueling, Easy Jet etc...) de permettre l'utilisation des smartphones et tablettes pendant les vols. Ils doivent par ailleurs installer l'équipement nécessaire à bord de chaque avion, pas sûr d'avoir ce service dans les prochains mois.

Cette évolution arrive alors que l'autorité européenne de la sécurité aérienne (AESA ou EASA), va autoriser les passagers à utiliser leurs appareils électroniques pendant tout le vol (décollage, atterrissage...).

L'essor du haut débit mobile dans les avions dépendra du prix proposé par méga octet consommé, ou par temps de navigation.

Les communications à bord (MCA) sont en pleine expansion, l'usage a augmenté de 300% entre 2011 et 2012.

Pour assurer l'accès internet à bord de l'avion, une antenne est reliée à la station de base, et installée le long du plafond de la cabine sous la  forme d'un câble comme l'explique le communiqué de presse EUROPA du 14 novembre. Le signal est traité à bord puis quitte l'avion par un satellite.

Des sociétés européennes travaillent actuellement sur l'introduction d'une liaison en direct avec la terre (DA2G), qui contournerait les satellites.

La Commission souhaite que cette décision soit une opportunité et un réveil pour les compagnies aériennes, à ce jour très peu d'avions sont équipés. Il y a encore peu de chances de capter un réseau mobile de type "OnAir" ou "AeroMobile", surtout pour les compagnies à bas prix. Le service reste relativement cher et proche d'une communication en itinérance dans le reste du monde.


Catégorie(s):

Tag(s):

.